Donald Trump prône une immigration choisie

Lors de son premier discours de politique générale, Donald Trump a de nouveau évoqué mardi 28 février 2017 devant le Congrès américain sa volonté de réformer le système du système d’immigration aux Etats-Unis.

Abandonner le système actuel d’une immigration peu qualifiée et adopter à la place un système basé sur le mérite () feront économiser énormément d’argent, permettront d’augmenter les salaires et d’aider les familles en difficulté.

« Je pense qu’une réelle réforme positive de l’immigration est possible, pour autant que nous nous concentrons sur les objectifs suivants : améliorer l’emploi et les salaires des Américains, renforcer la sécurité de notre pays et restaurer le respect de nos lois », a déclaré le président républicain, partisan d’un renforcement des frontières.

« Ceux qui veulent entrer dans un pays doivent être capables de subvenir financièrement à leurs besoins par eux-mêmes », a-t-il martelé en prenant l’exemple du Canada et de l’Australie, où l’immigration est souvent conditionnée à des qualifications et professions particulières.

Bataille de chiffres

Ce nouveau système « permettra d’économiser des sommes incalculables », a assuré le républicain, affirmant que « le système actuel coûte aux contribuables américains de nombreux milliards de dollars par an (), selon l’Académie nationale des sciences ». La presse américaine a cependant relevé que ce calcul ne prend pas en compte le coût du renvoi des quelque 11 millions d’immigrants illégaux vivant aux Etats-Unis. Selon USA Today, « certaines études montrent que s’ils quittaient leur emploi, cela coûterait quelque 5 milliards de dollars sur une décennie à l’économie américaine, même si cela pourrait conduire à des salaires plus élevés pour les travailleurs américains. »

Donald Trump a estimé qu’une « réforme positive » sur l’immigration est possible avec l’opposition démocrate, en dépit de leurs divergences sur le sort des millions de clandestins présents sur le sol américain depuis parfois plusieurs décennies. « Si nous sommes guidés par le bien-être des citoyens américains, alors je crois que républicains et démocrates peuvent travailler ensemble pour obtenir le résultat qui échappe à ce pays depuis des décennies », a-t-il dit.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters |

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *