TD 28

TD  28 Banlieue et intégration

 

 

Document 1 :

Au niveau des quartiers prévaudrait une solidarité mécanique, c’est-à-dire reposant sur la similitude sociale des habitants, leur proximité physique et la pression d’un conformisme local : « On habitait un quartier populaire parce qu’on était ouvrier. On y vivait entre ouvriers, avec des manières d’être similaires qui contribuaient à donner à chacun le sentiment d’une identité collective, d’une force propre dans la société, dans la ville ». Au niveau inter-quartiers, c’est de solidarité organique dont il sera question.

Jean-Samuel Bordreuil, « La Ville desserrée », Coll. L’état des savoirs, La Découverte, 2000

 

  1. Pourquoi la solidarité mécanique prévaut-elle sur la solidarité organique dans les quartiers ?
  2. Comment les quartiers étaient-ils perçus dans les années 50 – 60 ?

 

Document 2 :

Depuis 2005 (dernières grandes émeutes en banlieue), la rénovation urbaine s’est poursuivie, elle avait été lancée avant les émeutes. Elle semble aujourd’hui en panne faute de crédits suffisants. En revanche, sur le plan social on observe une augmentation de la pauvreté, très élevée et concentrée dans certains endroits. Et une augmentation du chômage, notamment chez les jeunes (+ de 40% pour les jeunes hommes en moyenne, ce qui veut dire que ce taux peut atteindre 60% dans certains endroits).

Il ne semble pas non plus que les discriminations se soient réduites. Donc dans l’ensemble, il me semble que la situation s’est plutôt dégradée et les difficultés des habitants ont plutôt augmenté.

… La discrimination est en général multiforme. Les habitants  la subissent la plupart du temps pour un ensemble de raisons qui se cumulent : l’adresse, le lieu d’habitation, le quartier qui a souvent une réputation… Mais aussi la couleur de peau, le nom, parfois l’attitude, le «look». C’est l’ensemble de ces dimensions qui «explique» à la fois la discrimination subie, notamment dans la recherche d’emploi, mais aussi la ségrégation urbaine.

… L’économie souterraine va du travail au noir à de multiples services que se rendent les habitants dans un certain nombre d’endroits très paupérisés. Cette économie souterraine est indispensable à la survie de la plupart des familles. Par ailleurs, sur cette économie souterraine se greffe souvent du trafic de stupéfiants, plus problématique pour les habitants en ce qu’il génère à la fois de l’insécurité, de la pression, et de l’enfermement.

… Je crois qu’une des principales difficultés est sur le plan politique. Les habitants des «quartiers en difficulté» votent très peu, participent très peu, et n’ont que très peu de relais politiques, ce qui se traduit par une inégalité énorme entre les communes. Mais aussi par une indifférence du système politique vis-à-vis de ce monde qui compte finalement peu sur ce plan là.

… La mixité sociale a disparu depuis maintenant bien longtemps. La société française s’est fortement fragmentée. Et les villes, notamment de province, ressemblent plus à des archipels qu’à des ensembles urbains intégrés.

Les processus de ghettoïsation se construisent de cette manière par le haut. Ce sont d’abord les riches qui se regroupent entre eux. Et ceux qui restent dans les «quartiers difficiles» sont ceux qui n’ont pas les ressources pour aller ailleurs.

Ceci engendre une augmentation des inégalités urbaines. Par exemple en région parisienne, les habitants des villes pauvres sont paradoxalement plus imposés et ont moins de ressources collectives que les habitants des villes riches qui bénéficient des taxes professionnelles et de la présence des entreprises.

Du coup, le pouvoir des maires des villes pauvres est singulièrement limité: ils sont étranglés financièrement alors que les besoins de leur population sont beaucoup plus élevés. On ne sortira pas de cette situation sans une application stricte de la loi des 20% de logements sociaux et sans une vraie péréquation fiscale et financière entre les communes.

En l’absence de communautés, le problème est celui du repli et du fait que le vide est souvent rempli par des références, des discours déjà tout prêts et souvent déviants. Dans bien des endroits, la seule offre politique est de type religieux ou antisémite, parfois raciste. Mais en tout cas, toujours très loin des logiques républicaines.

 

Libération 25 OCTOBRE 2010, Didier Lapeyronnie, sociologue et auteur  de «Ghetto urbain, ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd’hui» (Robert Laffont)

 

  1. Qu’est ce que la rénovation urbaine ? Quel rôle joue-t-elle ?
  2. Quels sont les problèmes évoqués dans le premier paragraphe ?
  3. Comment nuisent-ils à l’intégration ?
  4. Pourquoi l’économie souterraine se développe-t-elle ?
  5. Quel cercle vicieux se développe dans les villes pauvres ?
  6. Pourquoi parle-t-on de ghettoïsation ?

 

 

Document 3 :

Voici des « jeunes de banlieue » qui ne brûlent pas de voitures et dont on ne parle jamais. Des ambitions plein la tête, aux antipodes des caricatures à cagoule qui ont occupé l’espace médiatique ces dernières semaines, ils veulent devenir magistrats, chefs d’entreprise, enseignants, traders, experts comptables, commissaires de police. Cette jeunesse nombreuse des quartiers populaires a eu son baccalauréat et peuple aujourd’hui les amphithéâtres de l’université Paris-13, à Villetaneuse, au cœur de la Seine-Saint-Denis.

Ces jeunes témoignent de la pression parentale sur les résultats scolaires. On leur a inculqué, dès le plus jeune âge, un profond respect de l’école. Et l’obligation d’obtenir des diplômes pour avoir une chance de s’insérer. Le salut a aussi pu venir des enseignants rencontrés dans les collèges ou les lycées. Conséquence logique de ce profond désir de réussite, ils rejettent toute idée de discrimination positive. Même si leur parcours doit être difficile, même si tous craignent des discriminations au moment de l’entrée sur le marché du travail, ils revendiquent une insertion pleine et entière, mais liée à leurs seules capacités. Car, fondamentalement, ils estiment ne pas avoir à s’intégrer dans la société. Mokrane Hamadouche : « Mes parents venaient de l’étranger et ont eu à s’intégrer. Mais moi, je suis autant français que Sarkozy. Je suis né ici, je parle français, je consomme français. Qu’est-ce que je dois faire de plus ? » Le jeune homme, qui se voit travailler dans l’assurance ou devenir professeur en ZEP, met en avant la réussite familiale : une grande sœur qui effectue un mastère à  l’université de Barcelone, une autre devenue agent d’escale, un frère qui prépare le bac S et deux autres, au collège, « qui ont régulièrement des félicitations ».

Dans un environnement difficile, le spirituel apporte un cadre. Notamment aux garçons, moins tenus par les parents.

Mokrane Hamadouche parle de l’ « hygiène de vie » qui découle de la pratique religieuse. Mustapha Boutoula insiste sur sa fonction sociale dans des quartiers de la « banlieue rouge » qui ont longtemps été structurés par le Parti communiste : « Elle remplace un peu les institutions qui sont défaillantes. »

 

Luc Bronner, Le Monde du 25 décembre 2005

 

  1. Quel rôle joue l’école pour ces jeunes de banlieue ?
  2. Qu’est ce que la discrimination positive ? Pourquoi la refusent-ils ?
  3. Expliquez la phrase soulignée
  4. Que signifie « le spirituel apporte un cadre » ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *