Première

TD 2 Raisonnement appuyé sur un dossier documentaire

A l’aide de vos connaissances et du dossier documentaire, vous montrerez que différents facteurs influencent le vote.

Document 1 : Les spécificités du vote catholique

La relation qui unit religion et politique est simple : plus l’intégration au catholicisme est forte (par opposition à l’autodéfinition comme « sans religion »), plus le vote pour la droite classique est élevé.  […] Les catholiques, et tout particulièrement les plus pratiquants d’entre eux, ont en effet une composition sociale spécifique : ils sont notamment plus âgés et disposent d’un patrimoine supérieur à celui de leurs concitoyens. Or, l’âge comme le patrimoine poussent à voter à droite. Le conservatisme des catholiques tient-ils donc à leur religion ou à leurs autres caractéristiques sociales ?

[…] en 2012, au 2nde tour de l’élection présidentielle, un catholique pratiquant régulier avait presque six fois plus de chances de voter pour Nicolas Sarkozy qu’un électeur se déclarant sans religion.

Claude Dargent, les catholiques entre les primaires de la droit et le vote à la présidentielle, l’enquête électorale française : comprendre 2017 N°29 Cevipof février 2017

Documents 2 :

TD 1 : Scrutin majoritaire ou propotionnel ,

Document 1

Document 2

Document 3 : Abstention

 Au fur et à mesure que les individus entrent dans la vie active et sont insérés dans les responsabilités familiales et sociales, ils votent davantage. Le taux de participation électorale baisse à partir de 70 ans, avec le retrait de la vie active, la moindre sociabilité et les problèmes d’état de santé.

Le taux d’abstention varie aussi selon les catégories socioprofessionnelles et le niveau de diplôme. Les cadres et les professions libérales votent beaucoup plus que les ouvriers. Les chômeurs et les personnes à emplois précaires s’abstiennent plus souvent. Plus on a un statu social bas, plus on tend à s’abstenir. Statut social et diplôme indiquent en fait une capacité à maîtriser son environnement et à s’exprimer politiquement.

                Pierre Bréchon, comportements et attitudes politiques, PUG 2006

  1. Expliquez la première phrase.
  2. Justifiez l’analyse de l’auteur

Document 4

Expliquez en quelques lignes ce que signifie chaque document

A partir de ces quatre documents, montrez que le choix du mode de scrutin est déterminant pour le bon fonctionnement d’une société.

Si vous étiez au pouvoir que décideriez vous pour améliorez la démocratie dans le pays

L’offre et le demande

Les marchés fonctionnent (lorsqu’ils sont en situation de concurrence pure et parfaite) avec une confrontation de l’offre et de la demande.

L’offre provient des producteurs, elle est une fonction croissante du prix. Plus le prix est élevé, plus les offreurs sont nombreux sur le marché et plus ils offrent de produits (leur objectif est de réaliser des profits)

La demande provient des consommateurs, elle est une fonction décroissante du prix (sauf pour certains biens particuliers qui permettent lorsqu’on les possède de montrer sa richesse; il s’agit alors d’une consommation ostentatoire). Plus le prix est faible plus il y a de consommateurs sur le marché et plus les consommateurs veulent des quantités de biens ou de services élevées.

La rencontre de l’offre et de la demande détermine un prix, qui est qualifié d’équilibre lorsqu’il satisfait les acteurs présents sur le marché.

Si le prix est jugé trop faible par les offreurs, ceux-ci se retirent du marché ou diminuent la quantité offerte. dès lors cela permet au prix d’augmenter (puisque l’offre est moindre).

Du côté de la demande, l’effet est inversé. Si les prix sont jugés comme « faibles », des consommateurs rentrent sur le marché et ceux qui y sont déjà peuvent augmenter la quantité qu’ils demandent. Cet accroissement de la demande provoque une augmentation du prix.

Ce mécanisme de hausse et de baisse de la demande et de l’offre s’appelle le tâtonnement Walrasien (Leon Walras économiste français 1834 – 1910). On va au fur et à mesure s’approcher du prix d’équilibre. A ce niveau tous les acteurs sur le marché sont satisfaits. Ceux qui ne le sont pas sont sortis du marché. C’est pour cela que l’on peut parler d’équilibre. Ce mécanisme est valable sur l’ensemble des marchés, y compris le marché du travail. Si une entrave à la flexibilité du prix (à la hausse ou à la baisse) existe, dès lors l’équilibre ne peut être atteint.

Sur la figure ci dessus, on « tourne » autour du prix d’équilibre, en proposant d’abord P2 qui est trop élevé puis P3  qui est trop faible.