4 idées reçues sur la famille française

Idée reçue n°1 : la « famille traditionnelle » a explosé

Les familles « traditionnelles », définies par l’Insee comme composées d’un couple d’adultes cohabitants, mariés ou non, et d’enfants nés de leur union (ou adoptés ensemble), et partageant le même logement, représentent encore bien plus des deux tiers (70 % en 2011) des familles.

En 20 ans, le modèle de la famille « traditionnelle » n’a pas perdu sa dominance
Même si son poids a baissé (75 % en 1990), la « famille traditionnelle » demeure largement dominante par rapport aux familles monoparentales et recomposées. La part des familles recomposées a peu changé sur la dernière décennie.

Idée reçue n°2 : le mariage est en déclin

Autre enseignement, le mariage reste la situation conjugale la plus répandue.

Même si le mariage recule et que l’union libre augmente, le modèle traditionnel reste dominant (répartition en %)
Bien que la tendance soit à la baisse par rapport à 1990, les unions contractualisées – englobant mariage et Pacs (Pacte civil de solidarité) – concernent 8 couples sur 10.

Idée reçue n°3 : les familles nombreuses sont « traditionnelles »

En chiffres bruts, il y a davantage de familles nombreuses de style « traditionnel », que de familles recomposées ou monoparentales avec plusieurs enfants.

Mais, au sein de chacun de ces groupes, il y a, en proportion, plus de familles nombreuses (au moins trois enfants) dans les familles recomposées que dans les familles « traditionnelles ».

Les familles nombreuses sont plutôt le fait des familles recomposées en 2011

On voit par exemple qu’il y a plus souvent trois enfants ou plus dans des familles recomposées que dans des familles monoparentales ou les familles « traditionnelles ».

Idée reçue n°4 : les femmes tirent profit des divorces

Hommes comme femmes perdent financièrement à se séparer, avec une perte plus importante pour les femmes : la perte de niveau de vie directement imputable à la rupture est de l’ordre de 20 % pour les femmes et de 3 % pour les hommes.

Avec trois enfants et plus, un homme gagne en niveau de vie une fois séparé
Variation entre 2008 et 2010 du niveau de vie des femmes et des hommes ayant divorcé ou rompu un Pacs en 2009

Les femmes mettent plus de temps à retrouver un conjoint, et l’augmentation de la part des familles monoparentales a donc pour corollaire une monoparentalité toujours essentiellement maternelle (les femmes ont la charge de 85 % des familles monoparentales), laquelle est liée à une insertion moins facile sur le marché du travail. Moins diplômées, elles sont confrontées à un taux de chômage de 15 % – celui des femmes en couple est de 7 %.

En reprenant les résultats de l’enquête Insee-Ined de 2005, l’institut de statistiques s’attend à ce qu’une femme sur trois soit au moins une fois dans sa vie à la tête d’une famille monoparentale. Pour les hommes, le ratio est d’un homme sur dix.

Le Monde.fr

      |

Par Mathilde Damgé

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/12/16/quatre-idees-recues-sur-la-famille-francaise_4833337_4355770.html

http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/COUFAM15a_VE_Couples-familles.pdf

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *