Les 500 plus fortunés de France se sont enrichis de 25 % en un an

Un peu de bonheur dans ce monde cruel, un article du Monde du 10 juillet 2013

Les 500 premières fortunes de France ne connaissent pas la crise et ont même vu leur richesse globale augmenter de près d’un quart en un an (hebdomadaire Challenge du 11 juillet 2013).

Leur richesse cumulée s’établit désormais à 330 milliards d’euros et n’a jamais été aussi élevée depuis 1996, année où Challenges a lancé le classement des « 500 ». Elle a quadruplé en une décennie et représente 16 % du produit intérieur brut du pays. Elle compte aussi pour 10 % du patrimoine financier des Français,« soit un dixième de la richesse entre les mains d’un cent-millième de la population »

Ce groupe de 500 compte 55 milliardaires, soit 10 de plus que l’année dernière. Le plus petit des 445 millionnaires affiche, pour sa part, quelque 64 millions d’euros de patrimoine. Et la tendance ne semble pas faiblir. Les dix premiers du classement ont vu leur fortune croître de 30 milliards en douze mois, à 135 milliards (40 % du total).

En tête de liste, Bernard Arnault, PDG de LVMH, affiche une fortune de 24,3 milliards d’euros, en hausse de 3,1 milliards (il avait demandé la nationalité Belge et souhaitait s’installer dans ce pays pour permettre de transmettre son patrimoine à ses enfants, avec moins d’imposition). Il est suivi de l’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt, avec une fortune de 23,2 milliards, qui a fait un bond de 7,9 milliards. Gérard Mulliez, du groupe de distribution Auchan, arrive non loin derrière, avec 19 milliards (+ 1 milliard), suivi de Bertrand Puech (Hermès), dont la richesse s’est maintenue à 17,4 milliards.

Les suivants sont Serge Dassault (aéronautique, 12,8 milliards d’euros), François Pinault (11 milliards), Vincent Bolloré (8 milliards), Pierre Castel (7 milliards), qui fait cette année son entrée dans le top 10,Alain Wertheimer de Chanel (7 milliards) est lui aussi un nouveau membre du club des dix.

Enfin, le dernier du top 10 est le fondateur de l’opérateur Free, Xavier Niel (actionnaire à titre individuel du groupe Le Monde) entré dans le classement des 500 plus grandes fortunes de France en 2003 avec 80 millions d’euros et qui pèse actuellement plus de 70 fois plus (5,9 milliards).

L’année n’a cependant pas été aussi profitable à tous les riches de France. C’est le cas de Jacques Servier, qui a pâti des suites de l’affaire du Mediator qui ont réduit de 15 % la valorisation du groupe pharmaceutique. Le financier Romain Zaleski, actionnaire d’Eramet et étranglé par ses dettes, a subi une baisse de 40 % de sa fortune et doit vendre peu à peu ses autres participations.Le secteur automobile est également particulièrement touché. La famille Peugeot, ancien membre du top 10, a ainsi vu sa fortune baisser en deux ans de 70 %.

Selon le classement des 100 familles les plus riches d’Europe, publié mercredi par le magazine suisse Bilan, c’est l’espagnol Amancio Ortega Gaona, qui a créé le groupe textile Zara, qui est la première fortune d’Europe, avec un patrimoine de 40,9 milliards d’euros. Un quart de ces cent familles très riches vivent en Suisse.

En deuxième position figure le Suédois Ingwar Kamprad (Ikea), suivi par Bernard Arnault (LVMH) et Liliane Bettencourt (L’Oréal). Les Français sont bien représentés dans le classement avec quatre fortunes dans les dix premiers (familles Arnault, Bettencourt, Mulliez et Hermès). Au total, ce classement compte douze familles françaises.

 

Une bonne année globalement pour les plus riche.

A mettre en relation avec ce constat :

Le Credoc vient de publier son étude sur l’évolution de la consommation des ménages. Selon les résultats de cette étude, en 2012 et en 2013, le pouvoir d’achat par ménage devrait reculer de 1,2% par an, soit au total quatre années consécutives de baisse.

 

Ainsi, les inégalités progressent, tandis que les actionnaires s’enrichissent (2 milliards de dividende distribués par EDF), les ménages s’appauvrissent (augmentation de 5% des tarifs de l’électricité pour permettre à EDF de financer ses investissements)

Les difficultés de notre société ne sont pas liée un problème de richesses mais de répartition de celles-ci.

Shukuru

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *